15/12/11        L'heure est grave !


Jusqu'à il y a peu, j'espérais que le projet officiel capoterait. Hélas 3 informations quasi-simultanées me font prendre conscience que la situation est quasiment désespérée: (1) Le 17/11/11, Monsieur Chilini de l'Urbanisme Cannois m'a dit que le permis devrait être incessamment déposé, (2) l'autorisation de programme a été accordée par le Conseil municipal du 12/12/11 et (3) un article de propagande municipale a été diffusé sur Direct-Matin du 15/12/11.

Une catastrophe urbanistique irrémédiable va frapper Cannes et ses générations futures.


Projet officiel



     Contre projet



Un des lieux les plus sensibles et emblématiques de la côte d'azur menacé d'être irrémédiablement saccagé par un projet médiocre.

Regardez la circulation piétonne entre la "Promenade des vieux gréements" du quai Saint Pierre et la "Croisette du Midi" qui amorce le golfe de La Napoule. Tout le monde s'accorde à déplorer son manque d'organisation actuelle et le projet officiel de la Ville de Cannes ne fait rien pour l'améliorer !

Ce flux piétonnier touristique majeur entre le vieux port et les plages du midi croise successivement six flux motorisés dans le projet de gauche alors que dans ma proposition de droite, un piéton n'en croise que trois!

Regardez l'étroitesse (pour ne pas dire la "mesquinerie") des trottoirs d'un côté et leur générosité dans mon projet.

Regardez la part accordé au bitume dans l'un et l'autre projet !

Il n'y a pas photo !

La gare routière et les accès au parking et au terminal portuaires sont exposés au coup de mer dans le projet officiel alors que tout se situe sur la dalle dans mon projet !

  • Analyse multicritère comparée des 2 projets

  • Plans du projet officiel

  • Article de propagande municipale publié le 15/12/11 par DirectMatin
    (Nice-Matin n'a pas osé publier un tel article)

  • Ma lettre ouverte du 20/12/11 à Madame le Ministre de l'écologie du développement durable des transports et du logement



  • Analyse multicritère comparée des 2 projets officiel et alternatif

    numéro
    CRITÈRE
    PROJET OFFICIEL
    CONTRE-PROJET CHOMEL
    1
    Accessibilité piétonne port > plages et inverse

    Circulation piétonne étroite, cheminement principal haché par 6 cisaillements de motorisés alors qu'on se trouve sur un site au caractère touristique exceptionnel situé à la transition entre le vieux port de Cannes et la baie de La Napoule.


    Bien traitée, belle fluidité. Le flux piéton principal ne croise que 3 flux motorisés. Dans cette configuration, on trouve 3 cheminements possibles pour la transition port/plages alors que le projet officiel ne permet que les 2 trottoirs Nord et Sud.
    2
    Esplanades au niveau quai

    L'espace libre (B) peut difficilement être qualifié d'esplanade: on y est cerné par des voitures ou par cet escalier intimidant par sa disproportion sans compter l'arrêt d'autobus prévu par l'architecte au pied de son escalier monumental pour mieux permettre aux gens de venir admirer son oeuvre.



    La zone (C) est une belle esplanade d'environ 4000 m2 au niveau quai qui n'évoque pas l'enfermement de la zone B du projet concurrent. Tout au contraire, elle se prolonge de tous côtés ainsi que dans le jardin Hibert. En toute rigueur, je dois reconnaître que le projet concurrent offre une plus grande surface en ce qui concerne la placette de la prud'homie (A) que je rogne avec mon giratoire.
    3
    Accessibilité piétonne depuis la côte jusqu'au terminal portuaire et inverse

    Parcours très contraint et quasiment unique par un trottoir étroit (en rose ci-dessus) encombré par les équipages des cars se regroupant sur leur quai d'embarquement.

    Si vous êtes un excursionniste vous rendant aux îles ou un croisiériste vous rendant au quai du large, vous avez, sur la partie rose du trottoir, 7 occasions de croiser et de devoir traverser un attroupement d'autocaristes débarquant ou embarquant dans leur autocar.

    Le cheminement côté Ouest est très ingrat, le long d'un muret brise-lame. Cf rubrique n°5 ci-après (Promenade de la jetée).


    Beaux parcours fluides et multiples, au bon air et à la vue dégagée sur 360°. Les trottoirs sont toujours au moins 2 fois plus larges et on ne trouve pas, comme ci-contre, de conflit d'usage des trottoirs comme quai d'embarquement ou de débarquement des autocaristes.









    4
    Inondabilité et exposition aux coups de mer

    C'est un des aspects le plus déconcertant de ce projet: L'architecte ne s'est pas soucié des épisodes de houles qui affectent régulièrement ce lieu. Il y aménage une importante gare routière multimodale terre/mer/air sous les assauts des tempêtes régulières:

    Voyez, tout particulièrement les 2 autocars que j'ai figuré en rouge et qui seraient directement exposés aux vagues qui les aplatiraient comme des crêpes contre le béton du parking si ce funeste projet voyait le jour. L'architecte a prévu 5 emplacements de ce type contre le flanc Ouest de son projet.


    Dans mon projet le parking fait office de digue et assure une continuité de protection avec la jetée du large.

    Vous constatez que la jetée du large est rehaussée sur une longueur d'environ la moitié de l'esplanade Laubeuf vers la côte.
















    5
    Promenade du large

    Le projet officiel ne change rien à la configuration actuelle de ce parcours qui est très mal adapté à la pratique d'une promenade sur la jetée Ouest de la péninsule.

    Le muret brise-lame est maintenu alors qu'il a le fâcheux effet de rendre la déambulation touristique très impratique sur la jetée du large.

    Comme on l'a vu dans la précédente analyse, le muret brise-lame est supprimé dans mon projet ce qui offre une belle possibilité de se promener par une large allée le long du flanc Ouest de la péninsule Laubeuf. De plus, la circulation des autocars et des voitures à destination du quai croisière ou de l'hélistation est supprimée à cet endroit, ce qui y rendra particulièrement agréable la déambulation au-dessus des flots au bon air marin du large.


    Rien n'a été prévu par l'architecte officiel pour améliorer cette promenade qui est actuellement rendue
    très difficile par le muret "clivant". En revanche, dans mon projet, ce muret est supprimé; plus exactement,
    je dois dire que son caractère clivant est supprimé même si le muret lui-même est maintenu.
    6
    Accessibilité de la jetée aux engins de maintenance des enrochements La configuration actuelle et à venir (si le projet officiel est maintenu) ne facilite pas l'accès aux enrochements de la jetée du large par les engins de chantier.

    Il faut avoir à l'esprit qu'il y aura conflit de circulation entre les autocars et les engins de maintenance qui sont régulièrement amenés à intervenir sur les enrochements.
    Quelle que soit l'option retenue de mon projet (maintien/comblement ou destruction du muret) l'accès aux engins de maintenance des enrochements est plus facile. A l'inverse du projet officiel, l'intervention des engins de maintenance ne gêne pas la circulation des autocars et des voitures à destination de l'hélistation ou du quai croisière.
    7
    Entérinement de l'interdiction de déambuler jusqu'au premier phare Le projet officiel entérine l'actuelle interdiction de se promener sur le deuxième tronçon de la jetée du large Ouest entre le terminal portuaire et le premier phare.

    On a vu, dans le précédent critère, que l'architecte ne se soucie pas de l'attrait qu'offrirait une belle promenade le long de la jetée. L'éventualité de revenir sur l'interdiction d'accéder à la jetée du large ne le préoccupe pas plus.
    L'interdiction récente (2004) de se promener sur la jetée du large est une décision juridique susceptible d'évoluer dans le temps. Le projet alternatif n'exclut pas l'éventualité d'un compromis qui permettrait aux badauds d'accéder, par un trottoir dédié, au premier phare, ce qui ne gênerait en rien l'évolution des hélicoptères et ne menacerait en rien le quai croisière.
    8
    Accueil des touristes (croisiéristes, excursionnistes, autocaristes et héliportés) Aucun local municipal visible ou émergeant n'est prévu pour l'accueil des touristes (croisiéristes, autocaristes, excursionnistes ou héliportés) qui seront pourtant nombreux à transiter par ce lieu.

    Dans mon projet, un bâtiment R+3 (avec sous-sols) est dédié à cet effet. Positionné à la limite entre la ville et la péninsule , il constitue un signal fort à l'attention des touristes venant de la mer de la terre ou des airs.

    Mon projet intègre un office du tourisme et les commodités indispensables à l'accueil des milliers de touristes qui transitent en ce lieu depuis la terre, la mer et les airs.

    Dans l'immeuble R+3 de la billetterie, on trouvera également le bureau d'accueil de l'hélistation qui occupe une cabine en plein-air actuellement et que l'architecte officiel n'a pas prévu de reloger.

    9
    Comparaison des surfaces goudronnées
    10
    Impact altimétrique

    Le projet alternatif (coupe du bas) est légèrement inférieur d'environ 1.20 mètre de hauteur au projet officiel ce qui le rend moins coûteux et plus économe.

    11*

    12**
    Coût et économie des projets Comme le montre la coupe ci-dessus, mon projet économise (*) le creusement et la construction d'un étage du parking. Un autre poste important est économisé dans mon projet, c'est (**) la rampe hélicoïdale d'accès Sud au plateau-jardin prévu par l'architecte pour les véhicules de service. C'est un ouvrage en béton armé relativement élaboré (par son encorbellement) dont le coût sera supérieur à la simple rampe sans fondation requise par mon projet.

    D'un côté nous avons un escalier monumental (pour ne pas dire "grandiloquent") et une rampe hélicoïdale en béton armé. De l'autre côté: un seul ouvrage constitué d'une rampe simple sans fondation hormis ses murs de soutènement.

    13








    14


    15

    16
    La "charrue avant les boeufs" Les personnes, comme vous, intéressées par le devenir de cette prestigieuse péninsule doivent savoir qu'une étude est officiellement en cours pour renforcer la digue du large. Le bon sens le plus élémentaire devrait imposer aux concepteurs de ces superstructures d'attendre les conclusions de l'étude en cours avant de déposer une demande de permis de construire sinon quoi elle est vouée à l'échec Le projet alternatif conçoit l'ouvrage que constitue le parking comme une digue en soi.



    D'autres incohérences dues à l'absence de prise en considération des contraintes environnantes choquent dans ce projet:

    1) Le projet est situé à la base d'une péninsule, c'est la raison pour laquelle le bon sens commanderait que les gros chantiers situés vers la mer soient traités en priorité, avant l'édification du parking qui aura pour effet de gêner, voire de bloquer, les interventions situées au-delà. Il en est ainsi du blockhaus dont la destruction devrait être opérée avant le commencement du chantier.

    2) Les vestiges de la vieille digue situés en bout de l'actuelle esplanade Laubeuf devraient être préalablement détruits.

    3) le projet devrait s'adapter aux futurs terminal portuaire qui devrait constituer la première tranche des travaux.
    17
    Un architecte "orientophobe"

    Bizarrement, l'architecte officiel nous empêche d'aller voir la vue sur le vieux port de Cannes: c'est un parti pris très étrange à mes yeux

    Dans mon projet, on domine l'aire de carénage. Tout le long du garde-corps Est, on profite de la vue sur le vieux-port et sur le palais du festival qui présente, à cet endroit son plus bel aspect.
    18
    Accessibilité et visibilité de la billetterie Alors que l'accès au jardin est traité de manière démesurée et très monumentale, l'accès au parking est discret et "en sifflet" et, en partie, masqué par les marches monumentales.

    Belle visibilité et belle accessibilité du bâtiment d'accueil des nombreux touristes tranistant par la péninsule Laubeuf.
    A l'inverse des précédents défauts du projet officiel dénoncés dans ces colonnes la relativement mauvaise accessibilité et visibilité de l'entrée du parking, de sa billetterie et de l'accueil des nombreux touristes transitant par la péninsule Laubeuf, n'est pas un défaut rédhibitoire.
    19
    Obligation de clôturage Le parti pris par l'architecte officiel d'organiser un vaste jardin d'agrément sur la dalle du parking entraînera une obligation de clôturer cet espace la nuit. C'est le sort de tous les jardins publics municipaux comme le jardin suspendu au-dessus de l'extension Lérins du Palais des Festivals qui, de fait, n'est pratiquement jamais ouvert au public. En conséquence, il serait judicieux que l'emplacement des grilles et de portails en interdisant l'accès soit clairement représenté sur les plans officiels. Ces grilles et ces portails nuiront à l'effet monumental et spectaculaire recherché par l'architecte par son escalier d'apparat. Dans mon projet, la péninsule Laubeuf est innervée par une route qui dessert, jusqu'à l'hélistation, différents équipements. Il n'y a pas d'obligation particulière d'interdire l'accès aux piétons en ce lieu au même titre que l'ensemble du réseau routier français. Il y a, ici, le problème particulier de la déambulation sur le deuxième tronçon de la jetée du large qui devrait pouvoir, à mes yeux, faire l'objet d'un compromis comme je l'ai déjà évoqué par ailleurs.
    20
    Surface d'exposition Pratiquement aucune possibilité d'accueil d'exposition de plein air n'est apportée par le projet officiel.





    A supposer qu'on affecte à des expositions le jardin suspendu, il se posera à nouveau un problème de conflit de circulation des camions de livraison avec les autocars de la gare routière.

    Mon projet offre 2 beaux espaces d'exposition qui peuvent être fusionnés en une seule zone autonome de 10 000 m2. Dans l'hypothèse où l'ensemble (pointillé bleu) de l'espace d'exposition serait annexé, les principales circulations motorisées et piétonnes de la gare routière, du parking, de la transition port/plages et du terminal portuaire ne s'en trouveraient pas affectées.



    Cette belle potentialité d'exposition de mon projet permettrait d'accueillir le salon du nautisme qui présente le grave défaut d'aliéner le quai St Pierre chaque automne.
    21
    Dispersion du stationnement des autocars Les emplacements de stationnement des autocars touristiques sont dispersés à des endroits cachés les uns des autres, ce qui nuira à la bonne gestion de la gare routière du projet officiel.

    La gare routière est bien regroupée en un seul espace, ce qui lui donne une bonne visibilité et une bonne compréhension par les visiteurs de Cannes.
    22
    Exposition des autocars Ouest au rayons du soleil
    Pendant plus de 6 mois par an, l'atmosphère sera irrespirable au niveau des autocars stationnés sur le flanc Sud-Ouest du projet. Il seront exposés de plein fouet aux rayons du soleil de l'après-midi dont l'ardeur sera augmentée par la réverbération de la mer. Aucun air ni aucune brise ne les rafraîchira étant donné que les cars seront chapeautés par un encorbellement de la dalle du jardin supérieur. Ce lieu confiné sera littéralement intenable. Dans mon projets, les cars sont en plein air dans une zone balayée par la brise de tous côtés. C'est, d'ailleurs, le cas des autocars du parking laubeuf actuel. Les autocars du projet alternatif seront moins exposés à la réverbération maritime que ceux rangés sur le flanc Ouest du parking officiel
    23
    Espaces verts
    Les espaces verts constituent l'argument "phare" du projet présenté avec beaucoup d'emphase par la municipalité de Cannes. Il suffit, pour se convaincre de l'importance de la place accordée à ce critère par les aménageurs officiels, de citer l'article d'anthologie à inscrire dans les annales de la presse servile paru le 15/12/11 sur Direct Azur: ...vaste jardin public en belvédère offrant un panorama incomparable. La comparaison point à point des 2 projet relativise leur part respective même si elle est effectivement un peu inférieure dans mon projet. Il n'en demeure pas moins vrai que la "promenabilité" de la péninsule est infiniment supérieure dans mon projet du fait de la multiplicité des cheminements piétons qu'il permet.
    24
    Intelligibilité et visibilités des circulations

    Complexité des voies motorisées. Absence d'une logique perceptible à cet entrelac de circulations.







    Mon projet montre une belle innervation de la péninsule par une route unique et bien visible desservant les nombreux équipements présents sur cette presqu'île. (1) parking de 550 places, (2) billetterie, (3) office du tourisme, (4) terminal portuaire, (5) quai croisière, (6) une éventuelle "capitainerie", (7) sociétés sises à l'extrémité de la jetée du large, (8) les phares et (9) l'hélistation.
    25
    Immeuble abritant des locaux polyvalents
    On a vu, par ailleurs, que mon projet prévoit un immeuble R+3 (plus sous-sol) qui présente les nombreux avantages de (1) donner une grande visibilité à l'accueil des touristes (que ces derniers proviennent des terres Ouest -côte du midi-, ou Est -quai St Pierre-, de la mer -terminal portuaire et quai croisière-, ou des airs -hélistation-), (2) d'abriter un local offisme du tourisme et (3) d'abriter un local d'accueil des héliportés. On pourrait également envisager (pointillé) une extension sous la dalle qui offrirait des capacités en bureaux ou ateliers destinés aux activités portuaires.

    Il faut, à ce propos, avoir à l'esprit les "algécos" disgracieux qu'on trouve sur l'aire de carénage.
    26
    Possibilité de disposer d'un immeuble "capitainerie"
    Ça va bientôt faire 2 ans que je conteste le projet officiel de parking. Au fur et à mesure que le temps passe, je gravis des échelons de contestation supérieurs, le dernier en date étant ma lettre ouverte à Madame le Ministre de de l'Ecologie, du Développement durable, des Transports et du Logement, Madame Nathalie KOSCIUSKO-MORIZET, autrement dit, NKM. Dès l'enquête publique, j'avais proposé de coiffer la station de relevage des égouts d'un bâtiment dont seul l'étage supérieur serait vraiment exploitable mais qui offrirait un plateau d'environ 8000m2 de surface avec vue panoramique. C'est le bâtiment esquissé ci-dessous en sombre. Conscient du caractère peu réaliste de cette construction sur pieux, j'ai rapidement envisagé l'option "sans" qui résulte en la vue ci-dessous. Il convient, néanmoins, d'intégrer cette hypothèse d'un bâtiment dit "capitainerie" comme une possibilité à venir qui n'existe pas non-plus dans le projet officiel.
    27
    Traitement de l'extrémité du quai Saint Pierre
    J'ai pu récupérer les plans originaux du projet officiel grâce à M. NUSSLE, conseiller municipal EELV (Je profite de ces lignes pour le remercier d'avoir mis en ligne ces plans que vous pourrez consulter iCi ). Ci-dessus, à gauche j'ai fait un montage un peu grossier du plan officiel qui est assez lacunaire en ce qui concerne l'articulation du quai saint pierre avec les plages du midi. J'interprète, bien-sûr, les traits manquants du dessin officiel comme l'expression en creux du mépris de l'architecte aux questions relatives à l'insertion de son projet à son environnement géographique.

    La conception officielle de la placette à l'extrémité du quai Saint Pierre (en haut du montage ci-dessus à gauche) ne me convainc pas: la personne qui a dessiné ces plans n'est pas architecte, c'est un paysagiste. Il se fait plaisir: il se prend pour l'architecte du marquis et nous colle un escalier (1) "bien dans l'axe" et pour "faire joli" alors qu'on n'a nul besoin de cet escalier monumental, ridicule et symétrique à cet endroit. L'escalier monumental est une fatalité qui poursuit la Ville de Cannes (nouvel hôpital, nouvelle gare et parking Laubeuf): c'est une règle locale: la moindre pente doit être bannie et remplacée par un escalier intimidant. Sa prétention ridicule m'indifférerait si elle n'avait pour effet d'empêcher la solution raisonnable du giratoire.

    Son dessin n'est pas assez précis pour qu'on comprenne son dessein. Il confirme son mépris des flux piétonnier port/plage. Il ne facilite pas la transition piétonne entre le trottoir côté façade du quai St Pierre et le trottoir Nord des plages du midi. Il y a ce bout de trottoir (5) en quart de rond qui ne rime à rien. On croit voir des emplacements de stationnement sur la montée de la rue du Port, mais cette hypothèse est absurde pour 2 raisons: l'escalier mènerait à un trottoir sans issue et on aurait enlevé les stationnements automobiles du vaste quai saint pierre pour en encombrer la rue du port? Absurde!

    Tout le projet officiel respire la médiocrité. On a aussi l'impression d'un "passe droit" avec le petit accès (2) à l'aire de carénage comme si le directeur de cet espace avait glissé un billet au bureau d'étude pour aménager son petit accès privilégié à son lieu de travail. Ca n'est pas grave mais il faudra nécessairement clore cette échancrure pour éviter que des gens s'y installent. Le parti pris de planter des palmiers à cet endroit me semble contestable (3), à la réflexion, c'est acceptable. Sur mon projet, j'aménage aussi une bande verte à cet endroit mais c'est un simple parterre non cloturé.

    Le point (4) montre le mépris de l'architecte pour les circulations piétonnes parce qu'il n'a dessiné aucun trottoir, ni le long de la jetée ni le long des plages...!
    28
    La "Croisette Midi"
    Durant l'été 2010, après l'enquête publique du projet officiel, je m'étais amusé à modéliser mon projet en 3 dimensions. Le résultat n'est pas forcément très exact mais il donne une bonne idée d'un des arguments majeurs de mon projet: la création d'une belle promenade sur le bld du Midi, à la manière de la Croisette.

    L'architecte officiel maintient la voirie actuelle comme le montre la vue de google-Street ci-dessus à gauche, là où j'offre une belle et spacieuse promenade. Il aurait, au moins, pu prévoir de supprimer le muret brise-lames qui est complètement inutile sur son premier tronçon à la naissance de la péninsule.

    Bien que je ne l'avais pas modélisé, je prévois de le remplacer par le garde-corps si typique de la Croisette et si intelligemment conçu par nos aïeux:

    29
    Accès direct parking/terminal portuaire Dans l'hypothèse officielle, un touriste automobiliste se rendant aux îles est obligé de sortir du parking pour ré-pénétrer dans le terminal portuaire et doit encore ressortir pour embarquer ! Dans l'hypothèse alternative, un touriste automobiliste se rendant aux îles débouche directement dans la billetterie des navettes maritimes depuis le parking.
    30
    Déboucher de l'aire de carénage Dans l'hypothèse officielle, la sortie de l'aire de carénage débouche sur une voie principale. Dans l'hypothèse alternative la sortie de l'aire de carénage débouche sur une voie secondaire.
    31
    Gestion du muret clivant
    32
    Émergence et visibilité du bâtiment pivot de l'accueil
    33
    Dépense inutile

    En période de crise, il y a d'autres urgences que de détruire et reconstruire l'escalier existant tel que le montre le cliché GoogleStreet ci-contre.




    Y-a-t-il vraiment nécessité de remplacer l'escalier existant reliant la place de la Prud'homie à la rue du Port sinon pour satisfaire l'incommensurable auto-satisfaction de l'aménageur d'exhiber aux foules ébahies son propre génie?
    34
    Une architecture ostentatoire plutôt que fonctionnelle
    La mauvaise architecture se reconnaît ici dans le fait que l'aménageur a préféré l'ostentation
    au fonctionnel alors que la bonne architecture exige de privilégier, en priorité, la fonctionnalité,
    alors que l'ostentation est, par définition, superflue.
    35
    La symétrie est une béquille conceptuelle pour les mauvais architecte


    Recourir à la symétrie en architecture contemporaine est, au minimum, ringard. L'axialité, ici, est artificielle et n'apporte rien à l'aménagement, si ce n'est, pour l'architecte, de se prendre pour le paysagiste du roi oeuvrant pour son château de Versaille !
    36
    Accès exceptionnel pour les convois exceptionnels


    En voyant un immense semi remorque entrer récemment sur l'aire de carénage, j'ai pensé qu'il faudrait ménager un passage direct (trait rouge pointillé) pour les convois exceptionnels susceptibles d'accéder au chantier naval. (En bleu, l'accès 'normal' à l'aire de carénage)

    Il faudra tenir compte de ces passages exceptionnels pour les expositions qui peuvent être organisées sur le bel espace de la 'Croisette Midi' qu'offre mon projet ainsi que sur le plateau du large. J'en profite pour rappeler, ici, que la formule municipale n'offre aucune surface d'exposition, ce qui contraint d'y affecter le quai Saint Pierre qui n'a pas vocation à devenir une aire d'exposition.
    37
    Le rond-point Laubeuf, ou l'occasion de créer un jalon urbain de transition entre le vieux port de Cannes et la baie de La Napoule


    38
    Création ex-nihilo de 500 mètres d'une belle promenade arborée en plein coeur de Cannes !


    Création d'une belle promenade arborée et au bon air du large !

    Mes idées commencent à percoler les grands esprits de la municipalité de Cannes, en l'occurrence, celui de Monsieur Alain Jouanjus, le Directeur de services de la ville de Cannes qui a été interviewé dans un récent Nice-Matin par la journaliste E. Pouquet et qui se rend compte de la nécessité d'aménager une promenade digne de ce nom sur les 500 premiers mètres de la jetée du Large !

    Nice-Matin du 16/11/12 (date à confirmer)
    39
    Le 'spaghetti-bowl' Jean Hibert, véritable piège à piétons


    40
    Dernière mouture (JANVIER 2013) du projet GUILLERMIN officiel


    Au rythme actuel des variations du projet officiel (on en est à la troisième mouture), je propose de prendre date et de les numéroter à partir de maintenant. En un coup d'oeil, on est frappé par le manque total de prise en compte de la réalité qui caractérisait déjà les précédentes propositions du Cabinet GUILLERMIN qui nous propose ici d'enterrer la gare routière d'autocar, ce qui suppose une hauteur d'ouvrage hors-tout d'au moins 6 mètres. Le projet Guillermin a grossi en hauteur d'un mètre cinquante d'un coup. Autre invraisemblance immédiate le dessin en perspective efface le dénivelé de 5 mètres de la jetée du large qui se retrouve invraisemblablement et quasiment plate d'un coup!

    On est plus dans l'architecture, on est dans la bande dessinée. Tout comme la précédente variante relevait plus du paysagisme que de l'architecture.
    41
    Coup de mer du 24 Janvier 2013


    Cette magnifique photo de M. Traverso illustre une fois de plus, s'il en était besoin, la vulnérabilité actuelle de la péninsule Laubeuf et la fragilité de son muret brise-lame qui a été, cette fois-ci, détruit sur une longueur de 5 mètres.
    42
    Vue aérienne de l'hélistation


    Je suis heureux de vous présenter cette découverte (enfin!) de la première vue de l'hélisation. Jusqu'à présent, je n'en avais jamais vu de représentation parce que les images satellites de Google présentent toujours un décalage de plusieurs années par rapport à l'actualité. Ici, il s'agit ici d'une vue aérienne proposée par Bing.com qui présente des vues plus récentes.



    Évolution historique du port de Cannes et du trait de côte


    Fin XIXème

    Début XXème
    Années 1950 Années 1990


    Schéma des principales étapes de l'extension historique du vieux port de Cannes



    1872: trait de côte ancestral avec l'unique petite digue Sud-Ouest du port d'origine

    1898: construction de la jetée Albert Edouard

    1910*: extension de la jetée du large

    1965*: construction du terre-plein Laubeuf gagné sur la mer

    1970*: prolongement de la jetée du large

    1985*: construction du nouveau palais de Festival

    2004: décision inepte d'interdire l'accès de la jetée du large aux promeneurs

    2008: construction de l'hélistation


                                                                                                                                                                                                                (*) Ces dates sont susceptibles d'être précisées